ÉTATS D'ÂME TEXTES DE G.

Le dating en confinement

Comment ça se passe pour vous, les célibataires?! C’est pas simple, tout ce qui se passe actuellement, on va se le dire. C’est simple pour personne, mais là ce qui m’intéresse, ce sont les célibataires et le monde du dating.

Premièrement, autour de moi, j’ai de tout: des gens qui continuent de voir leur fréquentation (avec qui ils n’habitent pas), malgré les consignes à l’effet de ne pas se mélanger entre foyers, comme si c’était la chose la plus normale du monde. Puis, de l’autre côté, ceux qui jugent ces comportements et qui croient que tu dois habiter avec ta douce moitié ou ne pas la voir, point.

Je trouve ça drôle quand même ce qu’on vit, parce que pour la première catégorie de personnes, ça veut dire que celles-ci se méfient des gens à l’épicerie, n’échangent plus de poignées de mains et restent à 2 mètres de distance de tout autre être humain… mais quelques fois par semaine, elles échangent des baisers langoureux (et etc.) avec quelqu’un. Parce que cette personne fait attention et n’est pas à risque, t’sais.

C’est pas un peu ironique? Je veux dire, je regarde Netflix pis je me sens mal à l’aise quand deux personnes se serrent la main ou se tiennent proche (haha!)… Mais on se sent à l’aise de continuer à frencher et combler nos besoin primaires (que certains ajouteraient à la liste des services essentiels). Je juge pas, je suis un peu perdue moi-même dans tout ça.

Mais alors, c’est quoi la solution? Si on écoute les gens de la deuxième catégorie, on doit simplement mettre notre relation sur pause, rester chez soi et prendre son mal en patience… ou… habiter avec l’autre. Passer son confinement à deux. Mais là… ça veut dire que plusieurs personnes qui n’ont pas le statut de couples, mais bien de fréquentations seulement, vont se mettre à cohabiter pendant plusieurs mois. C’est donc de dire que le confinement obligatoire va forcer plusieurs couples à se former avant le temps (ou causer plusieurs meurtres, c’est selon).

Pour ma part, je suis assez «loin des yeux, loin du coeur» comme personne. Alors si j’avais une fréquentation et qu’on restait chacun de notre côté comme des bons samaritains, il y aurait de fortes chances qu’au retour de congé forcé, on doive tout recommencer…

Qu’en est-il du dating, avant de devenir une fréquentation? Tinder et cie? J’aime pas trop ce genre d’applications à la base, alors je ne suis pas une bonne candidate pour vous en parler, mais ça doit être weird. Tu swipes pour le fun, pour t’occuper. Mais quand t’as un match, tu fais quoi? C’est là que tu départages les épais qui ne respectent pas les règles aux autres. Donc si tu fais partie des autres, qui restent à la maison sagement, tu jases virtuellement pendant des mois avant la fameuse rencontre? Tu dates sur Zoom, House Party ou Messenger vidéo? Tu fais des one night stands virtuels? Ça doit être spécial.

Bref, c’est peut-être le temps pour les célibataires qui fréquentent de faire le point sur leur relation et pour les gens seuls de faire une pause du dating et d’en profiter pour se retrouver. C’est rare en 2020, les gens qui n’ont personne du tout dans leur vie. C’est peut-être une bonne chose de se le faire imposer l’instant de quelques mois!

Bon confinement! Restez chez vous!

 

À lire aussi:
On se fréquente jusqu’à quand?
Mon expérience scientifique avec Tinder
Le dating online: oui ou non?
Les relations humaines au temps du coronavirus

 

 

 

G.

Source photo: Pexels

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire