Trouver son équilibre

Dernièrement, j’ai eu une grosse prise de conscience concernant mes habitudes de consommation et l’impact que cela peut avoir sur moi et sur la planète. Je me sens fière et contente d’avoir débuté de petits changements afin de m’améliorer et faire de meilleurs choix.

Toutefois, j’ai aussi l’impression d’étouffer. J’ai de la difficulté à trouver mon équilibre dans les changements que je souhaite effectuer. J’insiste sur « mon équilibre » parce que ce ne sera peut-être pas le même que vous et je pense que c’est ben correct. On a tous notre niveau de tolérance face aux diverses choses qui nous entourent et il est important qu’on apprenne à cohabiter avec nos différences.

Je me sens inondée de messages, qui sont positifs, mais qui me mettent une pression immense de devenir une meilleure consommatrice encore plus vite.

C’est important d’utiliser des produits naturels, mais est-ce que j’ai le droit de finir ma bouteille de Windex et mon mascara avant de m’en procurer à base d’huiles essentielles?

C’est important d’être conscient de la cruauté animale et de ne pas acheter des trucs faits par des compagnies qui testent sur les animaux ou qui les maltraitent. Mais est-ce que j’ai encore le droit d’utiliser ma sacoche et mes mitaines en cuir achetés il y a trois ans, quand je n’avais pas encore fait cette prise de conscience?

Dans le même ordre d’idées, la majorité des animaux sont maltraités avant de se retrouver coupés en tranche de steak à l’épicerie, mais est-ce que c’est correct que je diminue ma consommation de viande sans arrêter complètement d’en manger?

Le minimalisme aussi commence à prendre de l’essor. C’est bien. On a trop d’objets, on est trop axés sur le matériel. Mais je n’arrive pas à me débarrasser de tout le superflus, je fais le ménage et j’ai encore trop d’affaires.

Vous allez me dire «  ma belle, prends ça relax ». Et je réalise que vous avez raison. L’important, avant tout, c’est de réfléchir, de prendre conscience de nos habitudes et d’avoir une ouverture à les modifier.

Apporter tous ces changements en même temps, c’est beaucoup et ça peut facilement devenir lourd et culpabilisant de ne pas y arriver. Il faut prendre notre temps afin de s’assurer que les changements apportés s’intègrent réellement dans nos habitudes familiales et que ça ne soit pas juste une « passe » parce qu’on a fait ça trop vite et que notre maisonnée a mal été impliquée.

Bref, je réalise qu’il faut faire de petits pas dans la bonne direction et choisir notre propre fil d’arrivée sans se comparer. Surtout, l’idée de ce texte n’est pas de partir des débats, simplement de partager une réflexion personnelle.

K.

Publicités