Ces femmes qui se choisissent


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Personnel, STYLE DE VIE, TEXTES DE S., x / lundi, mars 12th, 2018

Chère Simone,

Le commentaire que tu as laissé sous la publication «Sondage du mois» sur la page du blogue m’a beaucoup fait réfléchir. Tellement, que je pense que j’aurais eu envie d’avoir un échange avec toi à ce sujet-là. En fait, puisque nous n’avons pas la chance de nous parler pour de vrai, nous ne nous connaissons d’ailleurs même pas, j’aimerais pouvoir dédier ce texte aux femmes dont tu fais mention dans ton commentaire, à celles qui choisissent de rester ensemble pour garder l’unité familiale intacte et qui vivent leur relation chacun de leur côté. Sache avant de poursuivre que je ne prétendrai jamais connaître la vérité en toute chose, j’accorde simplement beaucoup d’importance au respect de soi et des autres. En passant, j’espère que tu vas bien…

À la question si j’ai des enfants, la réponse c’est non. J’ai pas d’enfant, non. Est-ce que je comprends moins bien les mères ou les pères pour autant? Non, je pense pas. Mais non j’ai pas d’enfants, c’est comme ça pour le moment. Alors si personnellement on me posait la question: serais-tu prête à rester avec un homme que tu n’aimes plus et/ou l’inverse pour préserver ce qui te reste d’unité familiale? Je te répondrais non. Même si ce serait de rester avec lui et de faire chambre à part, la réponse serait toujours non. Mais j’en conviens, ma situation à moi est différente des femmes qui ont des enfants, oui j’en suis consciente. J’aimerais quand même terminer le fond de ma pensée, si t’es d’accord de lire plus loin bien sûr…

Y’a des femmes qui décident de quitter leur partenaire et/ou leur mari, et pour les bonnes raisons pour elles, ça je sais que y’a des femmes qui font ça. Bon, est-ce que les enfants, ça vient faire changer la donne? Oui, sûrement que ça te fait lire la patente différemment (je l’ai dit plus haut, j’en suis donc très consciente). Mais j’en connais personnellement au moins deux,  moi, des femmes qui ont quitté une relation qui ne leur convenait plus et ces femmes avaient des enfants. J’en connais une autre qui elle, a mis un terme à sa relation après 10 ans de vie commune, mais oui OK, elle, elle avait pas d’enfants. Tout comme les deux autres, elle aussi je la connais personnellement et ce que j’ai envie de mettre de l’avant aujourd’hui, c’est combien grand est le courage qu’elle a déployé pour affronter l’inaffrontable. Elle s’est choisie, elle. Et sache que les deux autres aussi ont dû faire appel au même type de courage. Et c’est cette force-là que j’admire de ces femmes-là. Parce qu’elles ont eu le courage de leurs convictions (que ce soit par respect pour elles, pour leurs filles (les deux femmes dont je parle ont chacune une fille), pour la symbolique de leur geste et pour ce qu’elles transmettent à leurs filles comme convictions).

Je sais aussi que la détermination dont ont fait preuve ces mères-là est considérable; la femme elle qui n’avait pas d’enfant, a aussi fait preuve de cette même détermination. Et c’est essentiellement en se référant à leurs intentions qu’elles y sont parvenues. Rester, ça a des avantages et des inconvénients. Partir, ça vient donc aussi avec des avantages et des inconvénients. Mais, en tenant bon et en se mettant à la recherche de leurs intentions, elles ont su trouver des réponses, leurs réponses à elles. Et puis, après quelques temps, finalement, elles ont su faire ce qui leur semblait juste pour elles, chacune avait son pourquoi, sa raison, elles se sont écoutées, elles. Elles ont quitté la relation qui ne fonctionnait plus. Dans une de ses chansons, Patrice Michaud dit : «Il y a des mots pour le dire, il y a des mots pour le pire».

Pour moi, par exemple, avoir l’ambition d’être amoureuse à nouveau, c’est là une bien bonne intention. Parce que oui, parfois, une relation, ça se modifie, ça évolue, ça change, ça se transforme, et malheureusement, parfois oui, les relations, ça meurt. La vie c’est comme ça. Mais c’est franchement très inspirant de voir qu’après la tempête, ces femmes-là, aujourd’hui, se sentent heureuses à nouveau. Elles se tiennent debout, bien droites, bien lucides, avec le désir de continuer à se choisir. C’est femmes-là, je les salue, elles tracent la voie à d’autres qui comme elles pourront peut-être un jour passer par là.

Voilà, c’est tout. À bientôt Simone!

 

 

S.

sophie

Source photo: Unsplash

Publicités

Laisser un commentaire