Apprendre à aimer être seule


ÉTATS D'ÂME, DÉVELOPPEMENT, Personnel, TEXTES DE G., x / jeudi, octobre 12th, 2017

Texte du 24 juin 2016 – Version non abrégée.

J’aimerais bien savoir qui a associé la solitude à quelque chose de négatif. J’aimerais bien savoir c’est qui, car j’irais le remettre à sa place. C’est vrai, quand on y pense, notre société perçoit tellement la solitude comme la pire des punitions, comme le pire des fléaux. Être seul figure même parmi les plus grandes peurs de plusieurs personnes. Moi le fléau que je vois, c’est qu’il y a beaucoup trop de filles (probablement aussi des gars) qui ont cette peur au quotidien.

Combien de fois mes amies m’ont déjà dit qu’elles continuaient à fréquenter un gars dont elles se foutaient complètement juste « parce que c’est mieux que d’être seule » ou « parce que ça passe le temps »? Combien de fois mes amies se sont trouvées une date Tinder uniquement par peur de passer une soirée seule à la maison? Combien de fois j’ai entendu des gens me dire qu’ils m’admiraient d’être capable d’habiter toute seule parce qu’eux trouveraient ça long et plate?

Moi, je crois que le temps est venu de refaire une beauté au concept de solitude. Parce que moi je trouve ça l’fun la solitude, je trouve ça beau et je trouve ça dommage que la plupart des gens ne le sachent pas. « Tu dois être bien seule avant d’être bien avec quelqu’un ». Ça, c’est la phrase qu’on se fait dire, mais qu’on n’aime pas se faire dire, quand on est célibataire et/ou que nos relations ne fonctionnent pas. Une phrase qui ne veut rien dire à première vue, mais veut tout dire à la fois. Je peux vous dire que je commence de plus en plus à en découvrir la signification.

Je vous ramène en 2008. J’ai 19 ans et je sors d’une relation amoureuse de 2 ans, précédée d’une relation de 2 ans et demi. Ça fait donc près de 5 ans que je suis en couple. Nouvellement sur le marché du célibat, je rencontre aussitôt un gars que je commence à fréquenter et avec qui je passe du bon temps. Tout à coup, je me mets à penser à un concept dont j’ai entendu parler mais qui ne m’est pas très familier à ce moment-là : la dépendance affective. Je me dis que j’en suis certainement affectée, ayant toujours été en relation depuis l’âge de 14 ans et ne sachant pas du tout ce que c’est d’être seule avec moi-même. C’est alors qu’un soir où ce gars-là m’invite à venir dormir chez lui, je décide de refuser. Je pense à mon lit et je me dis que je vais être mieux seule dedans, ce soir-là. C’est alors que, fière de moi-même, je réalise que c’est la première fois que j’ai la force d’accomplir un tel geste. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais pour moi, c’est un grand pas, un premier pas vers l’apprivoisement de ma solitude.

clem-onojeghuo-111360

Après ça, je suis restée près de 3 ans célibataire. Il s’est passé beaucoup de choses depuis, j’ai fréquenté plusieurs hommes, j’ai été en couple, tout comme j’ai eu d’autres moments célibataire. Je peux vous dire que plus les années passent, plus je trouve du plaisir à être seule. Pour moi, une soirée parfaite ressemble à ça : être seule chez moi (avec mes 2 chats), dans mon divan, à écouter Friends avec un verre de vin (ou la bouteille) et des chandelles. Si je veux me gâter, je peux prendre un bon bain et me faire un masque. Il m’arrive même de refuser des invitations si ça vient chambouler le planning que j’avais en tête d’une soirée avec moi-même. Les soirs de semaine, je ne prévois presque rien, car je veux passer du temps seule à relaxer avant de me coucher tôt.

Je ne vous dis pas que je suis antisociale et que je n’apprécie pas du tout les soirées à deux. Ce que je vous dis, c’est qu’il faut accueillir ces soirées en solitaire comme un luxe et en profiter. Pis sérieusement, y’a tu quelque chose de mieux dans la vie que de dormir seule? Je comprends pas ça moi, le monde qui veulent absolument dormir à deux, entrelacés. Y fait chaud, tu peux pas être confortable en cuillère, l’autre va ronfler… et j’en passe!

Tout ça pour vous dire que jamais l’expression «Vaut mieux être seul(e) que mal accompagné(e)» n’a eu autant de sens pour moi. Regardez autour de vous : vous en connaissez combien de couples qui sont vraiment heureux? Il me semble qu’il y a trop de gens qui se mettent en couple uniquement pour être à deux, pour fuir la solitude. Aujourd’hui, ou bien on se fréquente indéfiniment sans porter officiellement le titre de «couple» parce qu’on craint l’engagement (mais encore là, on ne veut pas rester seul), ou bien on se case trop rapidement sans même connaître notre partenaire. Eh bien, moi, des fois je me trouve trop exigeante auprès des gars que je rencontre, mais après je me souviens que je suis tellement bien seule, qu’il me faut attendre de trouver celui qui rendra la vie plus agréable à deux! ;)

 

G.

Image

 

Publicités

3 réponses à « Apprendre à aimer être seule »

  1. Merci!! En ce matin.. seule 😉 pas de mec (mais avec mes 3 enfants) hihi.. ca me donne du courage pour continuer et aller profiter de la belle journée en mountain bike SEULE!! Mais ca se fait pas tant bien a 2 du bike!!!

  2. Et même quand on est en couple, ça fait du bien d’avoir des moments rien que pour soi, et c’est même nécessaire d’être seul aussi parfois… ça permet d’avoir un équilibre. Mais ce n’est pas facile à trouver.

Laisser un commentaire