ÉTATS D'ÂME Maman STYLE DE VIE TEXTES DE G. Trucs et astuces x

Chroniques d’une avocate – Les effets bénéfiques de devenir maman solo

C’est le retour de mes chroniques d’une avocate, là où je prends un principe de droit et je l’applique dans la vie (ou surtout, MA vie).

En droit, lorsque le juge doit trancher, il doit très souvent déterminer si les effets bénéfiques vont l’emporter sur les effets préjudiciables. En gros, ça veut dire qu’il doit rendre sa décision en fonction des «pour» et des «contre» et qu’il doit y avoir plus de «pour» (effets bénéfiques) que de «contre» (effets préjudiciables).

On peut facilement transposer ce concept dans la vie. Dans toutes les décisions qu’on aura à prendre, il y aura des avantages et des inconvénients ou des «pour» et des «contre». Ça peut arriver à l’occasion qu’on croie qu’une situation ne comporte que des «pour» et qu’on se dise que rien n’arrive pour rien et que tout s’aligne parfaitement… Possible, mais je pense que c’est souvent parce qu’on décide que les «contre» ne sont pas assez importants pour être pris en compte. Il n’y a pas de situation parfaite. Dans ce cas précis, tant mieux, car on a nettement plus de côtés positifs que négatifs!

Mais qu’en est-il des situations moins claires? Celles qui comportent plusieurs aspects positifs, mais aussi beaucoup d’aspects négatifs. Par exemple, mon projet de maman solo. Je reçois énormément de support et de messages de filles qui me disent que je les inspire et qu’elles pensent à faire la même chose. Mais y a-t-il uniquement du positif?

Je vous mentirais si je vous disais que c’est tout blanc et que je ne vois pas les côtés négatifs. Je vous mentirais si je vous disais que je ne suis pas affectée si quelqu’un me dit que j’ai encore le temps de rencontrer quelqu’un pour fonder une famille. Oui, une partie de moi voudrait tellement avoir rencontré l’homme de ma vie, qui sera le père de mes enfants. Oui, j’ai l’impression de faire une croix sur la vie de famille qu’on a idéalisée étant jeunes, avec papa et maman ensemble. Oui, quand je vois une famille heureuse avec deux parents, j’ai une émotion. Non, ce n’était pas mon premier choix de fonder une famille seule.

Par contre, je me suis mise à la place du fameux juge, j’ai commencé à peser les fameux effets bénéfiques VS les effets préjudiciables. Si je manque le bateau (car pour ceux qui me suivent sur Instagram, suite à mon premier test de fertilité, je ne sais pas s’il me reste autant de temps que je croyais…) et que je n’ai jamais d’enfant, cet effet préjudiciable pour moi l’emporte sur tout effet bénéfique possible. Je ne vois en fait aucun «pour» à ne pas avoir d’enfant.

C’est tellement personnel comme choix, je suis consciente que certains n’en veulent pas ou du moins, pas aussi fort que moi. Et je respecte ça. Mais pour moi, mon souhait le plus cher est d’être maman. Il est donc évident pour moi que je ne ferai pas une croix sur ce rêve, juste parce que je n’ai pas rencontré le bon. Trop de négatif pour aucun positif, dans mon livre à moi.

Maintenant, regardons les «pour» et les «contre» d’avoir mon enfant seule. Du côté des «pour», pour n’en nommer que quelques-uns: je vais réaliser mon plus grand rêve à vie avant qu’il ne soit peut-être trop tard, je n’aurai jamais à gérer de garde partagée (je suis réaliste; de nos jours, c’est fréquent les séparations, t’sais!), plus besoin de m’aventurer dans la jungle du dating moderne (!!!) et je prendrai seule les décisions importantes concernant la vie de mon enfant.

Du côté des «contre»: je ne connaîtrai peut-être pas ce qu’est l’aventure de la maternité avec un conjoint, ça sera plus difficile de tout faire seule et mon enfant n’aura pas de papa (il sera tout de même très bien entouré et aura plusieurs modèles masculins, ne vous en faites pas!).

Tout ça pour dire que ma réflexion est faite et non, je ne vois pas tout ça avec des lunettes roses qui m’empêchent de voir le négatif. J’ai juste pris la décision que les effet bénéfiques étaient nettement plus grands pour moi en fondant ma famille seule… Et que l’effet préjudiciable de ne pas avoir d’enfant du tout était tout simplement inconcevable. Qui sait, je rencontrerai peut-être l’homme de ma vie après? Qui a dit qu’il était trop tard lorsqu’on était maman?

Pour en savoir plus sur mon parcours, je documente le tout sur ma page Instagram: @gen.bradshaw !

 

À lire aussi:
Chroniques d’une avocate – Les relations
Chroniques d’une avocate – L’honnêteté
Chroniques d’une avocate – La fidélité
Chroniques d’une avocate – L’engagement
Bye, bye insomnie (et non, pas grâce aux trucs que tu penses)!
Pourquoi je pense avoir ce qu’il faut pour être maman solo
Vivre sa vie hors des standards de la société
Ma décision de fonder une famille seule

 

 

G.

Source photo: Unsplash

 

Champagne & Confetti

Blogue mode, beauté, style de vie et développement.

À lire aussi...

Laisser un commentaire